Cabinet d’expertise Alexis Marechal Expert agréé   Estimations gratuites tableaux et objets d’art de toutes époques. 

DERNIERES ACTUALITES 

Adjugé 377 000 €

Constantin BRANCUSI (1876 – 1957)
Rare et exceptionnelle épreuve en bronze à patine brune datée 1906
« Portrait de Achille Baldé, garçon de café chez Chartier » 
Epreuve en bronze à patine brune.
Fonte à la cire perdue de Adrien-Aurélien Hébrard.
Signée « C.BRANCUSI » au dos et datée 1906.
Cachet du fondeur à l’arrière « A.A Hébrard, cire perdue ».
Estimation : 180 000/220 000 euros

Adjugé 260 000 euros

Nguyen Van Tao dit Nguyen Nam-son (1899 – 1973)
« Portrait de ma mère » 
Huile sur toile 
Signée en bas à droite, située à Hanoï et datée 1930
En haut à droite en caractère Chinois « le portrait de ma mère ».
En bas à gauche en caractère chinois « Le fils Nguyen van Tho se prosterne en dessinant ».

Très attendue des amateurs de peintures vietnamiennes, notre tableau légendaire de Nguyen Van Tao dit Nguyen Nam-son (1899 – 1973) « Portrait de ma mère » tenait toutes ses promesses avec une adjudication record de 260 000 euros (frais inclus).

Cette peinture présentée dans la vente « Atmosphère » de la Maison de vente aux enchères ARP Paris, a été achetée par une collectionneuse vietnamienne.

Une découverte de Artexpertise.fr, leader en France de l’estimation en ligne d’oeuvres d’art de toutes époques.

Contact : contact@artexpertise.fr

Résultat de vente aux enchères

Lé Pho (1907 – 2001)
« Jeune garçon à l’oiseau d’or »
Rare et exceptionnel panneau de laque signé en haut à gauche et daté 1936 
Dimensions : 69 x 55 cm – Encadrement d’origine en laque réalisé par l’artiste

Provenance :
Ancienne collection Louis Charles Blanchet 
Par descendance à l’actuel propriétaire 

Un certificat de Monsieur Alain Le Kim, ayant droit du peintre Le Pho sera remis à l’acquéreur

Adjugé 156 000 euros 
Très attendue des amateurs de peintures vietnamiennes, notre laque de Lé pho tenait toutes ses promesses avec une adjudication spectaculaire de 156 000 euros (frais inclus).

Cette rare et exceptionnel panneau de laque signé en haut à gauche et daté 1936 a été acheté par un collectionneur vietnamien 

Une découverte de Artexpertise.fr, leader en France de l’estimation en ligne d’oeuvres d’art de toutes époques. 

Contact : contact@artexpertise.fr

Vente aux enchères publiques

ART MODERNE ET CONTEMPORAIN
JEUDI 16 MARS 2023 16 h 00
174, rue du Faubourg-Saint-Honoré 75008 Paris

Vente aux enchères à venir 
Le 16 mars 2023, ARP Auction présentera cette rare et exceptionnelle laque de Lé Pho découverte par Artexpertise.fr et le Cabinet d’expertise Alexis Maréchal.

Lé Pho (1907 – 2001)
« Jeune garçon à l’oiseau d’or  »
Rare et exceptionnel panneau de laque signé en haut à gauche et daté 1936
Dimensions : 69 x 55 cm

Estimation : 120 000/150 000 € Provenance :
Ancienne collection Louis Charles Blanchet 
Par descendance à l’actuel propriétaire Un certificat de Monsieur Alain Le Kim, ayant droit du peintre Le Pho sera remis à l’acquéreur.

Découverte d’un chef d’oeuvre de la peinture Vietnamienne 
Nguyen Van Tao dit Nguyen Nam-son (1899 – 1973)
« Portrait de ma mère » 
Huile sur toile 
Signée en bas à droite, située à Hanoï et datée 1930
En haut à droite en caractère Chinois « le portrait de ma mère ».
En bas à gauche en caractère chinois « Le fils Nguyen van Tho se prosterne en dessinant ».

Expositions: 
1931 : Exposition Coloniale de Paris 
1932 : Salon des Artistes français (Médaille d’Argent)

Provenance : 
Ancienne collection de Monsieur Henri Sembuc
Collection de Monsieur Jean Yves Bureau
Par descendance aux actuels propriétaires. 

Estimation : 200 000/300 000 euros

Resultat de vente aux enchères 

Adjugé 265 000 euros 

Très attendue des amateurs de mobilier des années 30, notre table basse en laque de Jean Dunand tenait toutes ses promesses avec une adjudication spectaculaire de 265 000 euros (frais inclus) sur une estimation de 40 000/60 000 euros.

Cette rare table basse rectangulaire en laque, le plateau en laque arrachée rouge corail, laque de Chine et feuille d’or à décor d’un quadrillage est un chef d’oeuvre alliant haute technicité et esthétique; comme l’indiquait l’expert Emmanuel Eyrault, Jean Dunand réussit avec cet ouvrage, à mettre la technique au service de l’esthétique.

Ce meuble aux formes cubisantes réalisé dans des teintes harmonieuses réunissait tous les éléments nécessaires au succès d’une vente publique. 

Une découverte de Art expertise.com, la référence en France de l’estimation en ligne d’oeuvres d’art de toutes époques. 

Attention Trésor !

Deux tableaux inédits du célèbre peintre Chinois Sanyu surnommé le Matisse Chinois, découverts par le Cabinet d’Expertise Alexis Maréchal à l’occasion de l’inventaire d’une collection en Gironde, seront présentés dans une ventes aux enchères à Paris chez notre partenaire ARP Auction.

SANYU (1901-1966)
« Portrait de jeune femme à l’oeil unique »
Huile sur carton fort
Signée en Chinois et en Français en bas à droite

SANYU (1901-1966)
« Femme de profil »
Huile sur masonite
Signée en Chinois et en Français 

PROVENANCE :
Ancienne collection Franck Willmann. Par descendance à l’actuel propriétaire.

VENTE AUX ENCHERES PUBLIQUES
Art moderne et contemporain
Mardi 22 Novembre 2022 17:00

Les dernières découvertes de Artexpertise.fr à retrouver dans la prochaine vente aux enchères d’art décoratif et design à Paris.

– RENÉ LALIQUE (1860-1945) 
Rare plaque rectangulaire bombée en cuivre émaillé, à décor de violettes en émaux cloisonnés, fleurs sur fond argenté. 
Signature et date incisées « R. Lalique », « 1905 ».

– RENÉ LALIQUE (1860-1945) 
Pendule électrique « Deux Colombes » en verre satiné et patiné à décor de colombes en bas-relief sur fond de branchages. Signature en relief « R. Lalique ».

– RENÉ LALIQUE (1860-1945) 
Vase « Six figurines et masques» en verre satiné et patiné à décor en bas-relief de femmes nues surmontant des masques et rythmant des oves en relief. Non signé. (Monté postérieurement en lampe, sans percement).
H 25 cm

-LOUIS BARILLET (1880-1948)
rare suite de trois vitraux Art déco à larges sertis de plomb, circa 1932-1935, compositions géométriques centrées d’ornements en verre industriel façonné transparent ou coloré. Châssis en chêne.
H 193 x L 99 – 

Les dernières découvertes de Artexpertise.fr à retrouver dans la prochaine vente aux enchères d’art moderne et contemporain organisée par ART AUCTION.

– YULI YULIEVICH KLEVER (1850-1924) ET OSKAR ADOLFOVICH HOFFMANN (1851-1912)
Le Kremlin illuminé pour le couronnement du tsar Alexandre III (1883)
Huile sur toile, signée et datée en bas à droite en cyrillique.
PROVENANCE :
– Collection Hugo Fränkel (décédé en 1940) et Olga Fränkel, née Schiller (décédée en 1954).
– Leur fils, Jury Fränkel (1899-1971) Puis par descendance.

– JACQUES MAJORELLE (1886-1962)
Les Kasbahs de l’Atlas 1930 
Edité par Lucien Vogel chez Jules Maynial, 1930
Portfolio comprenant 25 planches sur carton en quadrichromie avec rehauts d’or et d’argent. Exemplaire n° 483

– JACQUES MAJORELLE (1886-1962)
Rencontre sous les feuilles de palmes, 1951
Technique mixte sur toile , signée, datée 1951 en bas à gauche, et dédicacée.
Un certificat d’authenticité de Madame Eliane Corvino daté du 18 octobre 2022 , petite fille de l’artiste, sera remis à l’acquéreur.

– SANYU (1901-1966)
« Femme de profil »
Huile sur masonite 
Signée en Chinois et en Français en haut à droite
Au dos étude à l’huile d’un visage de femme à l’oeil unique et la mention manuscrite postérieure : Paris, 1945

Dimensions : H 25 x L 29,5 cm
d’un ensemble de deux tableaux

– SERGE POLIAKOFF (1900-1969)
Sans titre,1959
Gouache, porte une signature repiquée en bas à droite.
Nous remercions vivement Monsieur Thaddée Poliakoff de nous avoir confirmé le numéro d’archive de cette oeuvre.

– ARP Auction maison de vente aux enchères en collaboration  avec Artexpertise.fr présentait un ensemble d’objets d’art d’Asie provenant de la collection d’une ancienne collaboratrice de la galerie Moreau-Gobard, en partenariat avec Artexpertise Paris.

Une Coupe en porcelaine et émaux de la famille rose, à décor de pivoines litchis, pêches de longévité et grenade. Époque et marque Qianlong sur la base.
A porcelain and pink family enamels bowl of the pink family. Qianlong period and mark on the base.
(H 6,6 x D 15 cm – H 2 5/8 x D 5 7/8 in) estimée 800/1000 euros a été Vendu 94 900 € le 24 mai 2022
 
PROVENANCE :
Collection d’une ancienne collaboratrice de la galerie Moreau-Gobard, acquis dans les années 1960-1980.
 
Résultat de vente aux enchères 
 
Lé Pho « Femme aux œillets »
Gouache sur soie collée sur carton
 
Adjugé 550 000 euros !

Très attendue des collectionneurs Vietnamiens, cette gouache sur soie de le Pho (1907-2001) inédite sur le marché de l’art, tenait toutes ses promesses lors de la vente aux enchères à l’Hôtel des Ventes Bordeaux Saint Croix, samedi 8 octobre.

Estimé 70 000/100 000 euros, notre tableau a été adjugé 550 000 euros (frais inclus).

Découverte par Artexpertise.fr et Cabinet d’expertise Alexis Maréchal dans une collection Bordelaise, cette oeuvre fut achetée lors de l’exposition Le Pho à Casablanca en 1942 et conservée dans la même famille depuis son acquisition.

Cette gouache sur soie inédite de grande dimensions fait partie des oeuvres les plus remarquables et les plus recherchées. D’une grande finesse, cette peinture sur soie de la fin des années 30 témoigne de la parfaite maitrise de Le Pho pour cette technique si subtile. 
Né à Hà Dông, dans le nord du Vietnam, fils du vice-roi du Tonkin, Lé Pho a fait partie de la première promotion de l’École supérieure des beaux-arts d’Hanoï, fondée en 1925. Il y restera cinq années, se formant à l’histoire et aux techniques de l’art européen.
C’est à la demande de Victor Tardieu, fondateur de l’école des beaux art de Hanoï que le jeune homme arrive Paris en 1930. Profitant de ce séjour, il voyage en Europe, découvre la Belgique, les Pays-Bas ainsi que l’Italie, où il découverte les peintres primitifs qui auront une forte influence sur son œuvre.
Lé Pho fait partie de la première promotion de l’École supérieure des beaux-arts d’Hanoï, fondée en 1925. Il y restera cinq années, se formant à l’histoire et aux techniques de l’art européen.

En 1941, André Romanet, le célèbre marchand de tableaux Parisien, organise une exposition des oeuvres de Lé Pho, de Maï Thu et de Vu Cao Dam dans sa galerie d’Alger destinée aux collectionneurs de l’Afrique du Nord. Suite au succès de cette exposition, une nouvelle exposition des peintures de Lé Pho est organisée à Casablanca en 1942; c’est à cette occasion que notre tableau fut acheté par les descendants de l’actuel propriétaire.

Contact : Alexis Maréchal I contact@artexpertise.fr
Tel : 06 80 17 85 27

Georges JOUVE (1910-1964)

Très attendue des collectionneurs et des spécialistes de la céramique d’après guerre, cette vente tenait toutes ses promesses en propulsant notre sculpture de Jouve à la seconde place du classement des œuvres les plus chères vendues en vente publique.

Sculpture en céramique adjugée 287 000 euros (frais inclus)

Record absolu pour cette rare et exceptionnelle sculpture murale de Georges Jouve découverte par  www.artexpertise.fr qui atteint la somme de 287 000 euros samedi 9 avril à Bordeaux à l’occasion

d’une vente aux enchères consacrée aux arts du XX ème siècle.

Avec une telle adjudication, cette sculpture de Georges Jouve  devient l’une des deux céramiques les plus chères de l’histoire des ventes aux enchères en France. (source Artprice)

Notre oeuvre (ou un modèle identique) présentée au 36e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, 1952. 

Épreuve en céramique émaillée noir.

Complète de son support d’origine, formant système d’accroche, en métal nickelé. Importantes oxydations à la patère en métal, très légers petits défauts d’origine. Non signée (ou possiblement vers le trou central et signature noyée sous l’émail).

Céramique seule : H.: 25 cm L.: 56 cm P.: 8 cm.

Avec patère : H.: 40 cm L.: 56 cm P.: 14 cm.

Découverte par www.artexpertise.fr, le leader en France de l’estimation gratuite de tableaux et objets d’art de toutes époques, retrouvez cette sculpture probablement unique 

et inédite sur le marché de l’art, dans la prochaine vente aux enchères consacrée aux arts du XX ème, qui se déroulera à Bordeaux le 9 avril 2022 à Hotel des ventes Bordeaux Sainte Croix.

Bibliographie :

– Mobilier et Décoration N° 5 de juin 1952. Notre oeuvre (ou un modèle identique) figurant sur une photographie, reproduite p.6, du stand de Maurice Pré au 36e Salon des Artistes Décorateurs, Paris, 1952.

-Mobilier et Décoration N° 3 d’avril 1953. Notre oeuvre (ou un modèle identique) figurant sur une photographie, reproduite p.9, du stand de Pierre Bloch au Salon des Ménagers, Paris, 1953.. 

Georges Mathieu (1921-2012)

Cette toile inédite de Georges Mathieu (1921-2012) estimée 70.000/100.000 euros ne manquera pas d’attirer l’attention des amateurs d’abstraction lyrique. Achetée en 1988 à l’occasion d’une exposition à la Galerie Protée, cette oeuvre est restée dans la même collection depuis son acquisition.

Découverte par Artexpertise.fr et cabinet d’expertise Alexis Maréchal, elle sera proposée dans la prochaine vente aux enchères ART MODERNE ET CONTEMPORAIN MARDI 28 JUIN 2022 chez ARP-AUCTION.

GEORGES MATHIEU (1921-2012)
Remords d’innocence II, 1987
Alkyde sur toile, signée en bas à droite et titrée sur le châssis et annoté du numéro d’inventaire de la Galerie Protée 1055 au verso
Oil on canvas, signed on lower right, titled and annotated with the Galerie Protée inventory number 1055 on verso
H 100 x L 81 cm – H 39 3/8 x W 31 7/8 in.

PROVENANCE
Galerie Protée, Paris, acquis le 16 janvier 1988
Collection privée, France

Un certificat des « Archives Jean-Marie Cusinberche sur Mathieu » sera remis à l’acquéreur

Contact : contact@artexpertise.fr

Eugène Printz (1879 – 1948) : Rare ensemble de meubles et objets d’art découvert par Artexpertise.fr

Dans le cadre de la vente aux enchères qui se déroulera à Bordeaux le 6 novembre 2021, l’Hôtel des ventes Bordeaux Sainte Croix présentera un rare ensemble inédit de meubles et objets d’art de Eugène Printz, découvert par Artexpertise.frla référence en France de l’estimation en ligne de mobilier et objets d’art de toutes époques.

Ce mobilier de Eugène Printz provenant d’une importante décoration réalisée dans les années 30 pour une villa Art déco à Casablanca (Maroc) sera présenté à Paris, 27 rue Saint Dominique chez M. Emmanuel Eyraud, Expert de la vente.

Descriptions des pièces de Eugène Printz présentées dans la vente aux enchères à Bordeaux 

 » Triangles et chevrons » Exceptionnel et très important tapis d’environ 33,5 M

 en 3 parties ; celle du centre présente deux bordures jointives, celles des extrémités sont chacune achevée d’une bordure à franges et d’une jointive.

 Laine au point noué ; les motifs titre traités en turquoise et beige sur fond chocolat. Circa 1932-35.

 L’un des tapis monogrammé E. P. dans la trame.

 Dimensions et état de chaque tapis : – 271 x 466,5 cm ; soit environ 12,6 M2 – État d’usage, taches et usures, deux parties usées jusqu’à la trame, une vers le monogramme et l’autre en bordure latérale gauche – 275 x 362,5 cm ; soit environ 10 M2 – État d’usage, taches et usures. – 329 x 362,5 cm ; soit environ 11,9 M2 – État d’usage, taches et usures.

 Provenance :

 – D’une très importante décoration réalisée par Eugène Printz dans les années 1930 pour la villa de M. X. à Casablanca (Maroc). Provenaient également de cet ensemble une table-console (ou bureau), d’un modèle identique à celui conservé au Palais de la Porte Dorée (salon ovale du Maréchal Lyautey), vendue le 16 mai 2017 par Tajan à Paris (lot 108) et un panneau en laque de Jean Dunand vendu, également par Tajan à Paris, le 19 mars 2014 (lot 87).

– Collection particulière, France.

 Archives :

La copie d’une photographie ancienne (Studio L. Demeure à Casablanca) prise in situ dans la villa de M. X. à Casablanca (Maroc) sur laquelle figure notre tapis sera remise à l’acquéreur. Figurent également sur ce cliché, une table-console (ou bureau), d’un modèle identique à celui conservé au Palais de la Porte Dorée

Chaise moderniste en bois de violette.

 Les pieds avant et les pieds arrière, se poursuivant en montants de dossier, traités curvilignes et présentant une moulure saillante sont réunis par des entretoises latérales en arc-de-cercle.

 L’assise trapézoïdale et le dossier tapissés d’origine de tissu modèle Tignes (soie naturelle et lin) dessiné par Eugène Printz et tissé par Vinay & Cie.

 Circa 1935.

 Modèle présenté au Salon des Artistes Décorateurs, Paris, 1936

État d’usage, usures et déchirures aux tapisseries.  

Miroir circulaire

L’encadrement en laiton patiné.

Glace d’origine.

Circa 1935. D. 90 cm

 Provenance :

 – D’une très importante décoration réalisée par Eugène Printz dans les années 1930 pour la villa de M. X. à Casablanca (Maroc). Provenaient également de cet ensemble une table-console (ou bureau), d’un modèle identique à celui conservé au Palais de la Porte Dorée (salon ovale du Maréchal Lyautey), vendue le 16 mai 2017 par Tajan à Paris (lot 108) et un panneau en laque de Jean Dunand vendu, également par Tajan à Paris, le 19 mars 2014 (lot 87).

– Collection particulière, France.

Archives :

La copie d’une photographie ancienne (Studio L. Demeure à Casablanca) prise in situ dans la villa de M. X. à Casablanca (Maroc)

Table à écrire

 Les doubles jambages latéraux en acajou aux parties cintrées accueillent chacun une barre d’entretoise en laiton patiné.

Le dessus rectangulaire et au pourtour chanfreiné reçoit, en son centre, un placage de pin d’Oregon.

Circa 1935. Une restauration sur le placage en pin d’Oregon.

H. 78 cm – L. 76 cm – l. 60 cm

 Provenance :

– D’une très importante décoration réalisée par Eugène Printz dans les années 1930 pour la villa de M. X. à Casablanca (Maroc). Provenaient également de cet ensemble une table-console (ou bureau), d’un modèle identique à celui conservé au Palais de la Porte Dorée (salon ovale du Maréchal Lyautey), vendue le 16 mai 2017 par Tajan à Paris (lot 108) et un panneau en laque de Jean Dunand vendu, également par Tajan à Paris.

Secrétaire-commode en placage de bois de violette

au corps décrivant un trapèze aux partie latérales curviligne et au centre en ressaut ; la base en découpe et à gradins.

La façade s’ouvre, en son centre, par une série de trois tiroirs surmontée d’un abattant découvrant un intérieur en bois clair muni de casiers et de tiroirs et d’un éclairage en laiton patiné.

Les parties latérales reçoivent chacune une porte pleine.

Les pieds, avant et arrière, en pointe et terminé par des sabots en découpe réalisés en laiton patiné.

Prises des tiroirs d’origine en bronze patiné.

Complet de ses 3 clés d’origine. Vers 1935.

 Modèle présenté au Salon des Artistes Décorateurs, Paris, 1936

 Accidents et manques au placage dans l’angle en bas à droite de la façade, état d’usage.

Mobilier et décoration Année 1936. Modèle identique reproduit page 210           

Jean Jacques Dutko- Guy Bujon – Printz, Les éditions du Regard PAris 1986 Modèle identique 

Reproduit page 203 et 271.

Suite de trois tapis avec deux décors différents 

un de grandes dimensions et deux petits de type grande carpette.

Laine au point noué. Chaque extrémité terminée en franges. Circa 1935.

Une partie latérale effilochée sur son extrémité sur un des deux petits tapis.

Le grand : 245 x 115 cm

Les petits : 180 x 82 cm – 172 x 82 cm

VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES

SAMEDI 6 novembre 2021 à 11h et à 14h

Hôtel des ventes Bordeaux Sainte – Croix

En partenariat avec Artexpertise.fr et le cabinet d’expertise Alexis Maréchal 

La maison de vente aux enchères Briscadieu Bordeaux en partenariat avec le cabinet d’expertise A.Maréchal

et Artexpertise.fr présentent une importante vacation de tableaux et objets d’art du XVIII, XIX ème et XX ème s

Le 5 juin 2021

Cette vente composée de 330 lots offrira un large choix de tableaux, de meubles et d’objets d’art de qualité provenant de Collections particulières et successions

de Bordeaux, Gironde, Lot-et-Garonne et Aquitaine.

Le samedi matin, la vente débutera avec un chapitre consacré aux arts d’Asie. On retiendre le lot n° 33 un très rare panneau en bois laqué or Chine, milieu du XVIIIème siècle.

Représentant une vue de Canton et la rivière des Perles avec en premier plan le fort de la pagode jaune et la rade de Canton sont ancrées de nombreuses jonques et navires occidentaux

Ce panneau peut être datée de la première moitié ou du milieu du XVIII ème en comparaison avec une peinture exécutée autour de

1760/1770 provenant des collections de la British Library  l’on peut voir les deux lignes de fortification et les différentes portes. 

Les peintures connues de Canton réalisées en 1800 montrent les batiments des comptoirs occidentaux du front de mer, absents sur notre panneau laqué.

Deux panneaux similaires sont connus, le premier daté de la première moitié du XVIII ème s et montrant une vue de Macao 

La vente reprendra à 14h avec les dessins anciens suivis des tableaux anciens. 

A noter la présence d’un tableau de Georges Lallemand « Saint Jean l’évangéliste et l’empereur Domitien » (grisaille) qui devrait remporter tous les suffrages.

Les tableaux de Georges Lallemant sont rares en vente publiques.

Selon Artprice seulement une dizaine de tableaux de Georges Lallemant ont été présenté en vente publiques en 30 ans.

La vente se poursuivra avec une paire de tableaux attribué au célèbre peintre Vénitien Michele Marieschi (1710-1743) « Caprice avec ruines près d’un pont ».

Quelques numéros plus loin, c’est un charmant tableau inédit sur le marché de l’art de Alfred Smith, peintre Bordelais connu des amateurs qui devrait remporté un franc succès.

Cette vision crépusculaire d’un boulevard animé de piétons et de fiacres daté de 1883 annonce le célèbre tableau de Alfred Smith » vue des quais le soir » de 1892

dans les collections du Musée des Beaux art de la ville de Bordeaux.Au centre de notre tableau apparait dans la pénombre le Lycée Montaigne

et son lanternon caractéristique, au sommet de l’édifice, qui fut détruit au début du XXe siècle.

Dans ce chapitre consacré à la peinture du XIX ème,une mention spéciale pour cette peinture toute en délicatesse exécutée par Jean Jules henry Geoffroy dit géo geoffroy (1853-1924) « Jeune fille et son chien ». 

Peintre des enfants et des humbles, il est l’un des représentant du courant naturaliste, mouvement artistique Français actif entre 1880 et 1920 qui prend position en faveur 

du peuple et du monde ouvrier, qui échappait jusqu’alors à toute représentation dans la peinture occidentale.

Au centre de la composition sur un fond monochrome, la fillette et le chien sont éclairs par une lumière douce qui attire le regard du spectateur.

Dans une atmosphère calme et sereine, on perçoit la complicité entre la fillette et son chien.

Cette oeuvre harmonieuse toute en délicatesse est un parfait résumé de la peinture de Géo Goeffroy.

Le numéro 150, une huile sur toile du peintre impressionniste Jean François Raffaelli, inédite en vente publique, sera incontestablement le clou de la vente (Estimation : 100 000 – 150 000 euros)

Ce boulevard parisien animé à la fin du XIX ème s’inscrit dans une série de tableaux de vues urbaines chère aux impressionnistes comme Camille Pissarro ou Gustave Caillebotte.

En 1895, Jean-François Raffaélli fait le premier de ses deux voyages en Amérique, ou il est invité par l’American Art Association 

au vernissage d’une grande exposition de ses oeuvres et à donner une conférence. Le succès est tel, qu’il restera cinq mois outre- atlantique

et donnera quatorze conférences, en anglais, appris pour l’occasion ! Lors de son second voyage en 1899, Raffaélli participe,

à  l’invitation du Carnegie Institute à un jury international. L’artiste en profite pour présenter quelques tableaux, dessins et gravures 

aux Galeries Durand-Ruel à New York en décembre, exposition qui tournera ensuite à Boston, Chicago et Philadelphie.

Alfred Reginald Allen (1876-1918) célèbre neurochirurgien de Pennsylvanie a vraisemblablement acquis cette oeuvre lors de l’une de ces expositions.

Au chapitre des tableaux modernes, on notera la présence d’un ensemble de 5 tableaux du peintre et affichiste Belge henri PRIVAT-LiVEMONT (1861-1936), d’une belle huile sur toile du chef de file de

l’école de Rouen Antoine Robert PiNCHON « Vue d’Etretat » et d’un tableau du peintre catalan Santiago Rusignol (1861-1931) « Vue de Girona » estimée 30 000/50 000 € qui devrait suciter un grand intêret de la part des collectionneurs catalans.

A retenir également un élégant Vase rouleau au col polylobé à triple pincement par Emile Gallé (1846-1904) « Vol de papillons parmi des astéracées »

épreuve en verre multicouche teinté jaune richement nuancé de rouge vers la base et au motif d’une feuille d’or éclatée en inclusion. 

La base et la partie haute sont aux décors de frises nid d’abeilles gravées à l’acide. Le décor titre réalisé aux émaux polychromes

se répartissant sur le corps du vase et dans les frises gravées. Circa 1900.

Signé Cristallerie de GALLÉ Nancy au double trait et au dahlia, marqué Modèle et décor déposés et porte le numéro 6 sous la base.

On retiendra un ensemble de verreries par René Lalique dont cet élégant « Grand nu socle lierre » modèle créé en [1919]. Statuette, Epreuve en verre blanc

moulé-pressé à surface satiné (réf. Marcilhac 836).  Complète de sa base en bois teinté et traitée dans le goût de la Chine. Signée R. LALIQUE

Autre temps fort de la vente, une sculpture en bronze « Ours polaire debout » de georges-Lucien GuyoT (1885-1973), 

épreuve en bronze à  patine brun-noir nuancé, Fonte à la cire perdue très rare en vente publique.

exemplaire n° 6/7, une épreuve de notre modèle présentée lors du Salon des Indépendants, Paris, 1929,

et lors de la 1 ère Exposition du Groupe des Douze, Hôtel Ruhlmann, Paris, 1932

épreuve en bronze à  patine brun-noir nuancé.Fonte à la cire perdue. Signée GUYOT et numérotée 6/7 sur la terrasse, porte le cachet rectangulaire

SUSSE Fdrs Cire perdue sur la tranche de la terrasse et une étiquette papier Douane Exposition à l’intérieur.

Parmi le mobilier du XX ème, on remarquera cet ensemble de meubles scandinaves par grete JALK, henry walter KLEiN (Né EN 1919) designer & Bramin éditeur et Arne Vodder (1926-2009).
 
 
En fin de vente, un Canapé deux places et deux fauteuils par LE CORBUSIER – Pierre JEANNERET – charlotte PERRiAND Concepteurs & CASSiNA éditeur LC3, le modèle créé vers [1928/29]
 
VENTE AUX ENCHÈRES PUBLIQUES
SAMEDI 5 JUIN 2021 à 11h et à 14h
En partenariat avec Artexpertise.fr et le cabinet d’expertise Alexis Maréchal

A l’occasion de la vente aux enchères du 27/03/2021, l’étude Briscadieu Bordeaux présente un bel ensemble de tableaux et objets d’art du XVII au XX ème s en partenariat avec Artexpertise-paris.com

Cette vente composée de 382 lots sélectionnés offrira un large choix de tableaux, de meubles et d’objets d’art de qualité provenant de Collections particulières et successions de Bordeaux, Gironde, Lot-et-Garonne et Aquitaine.

La vente débutera par un bel ensemble de céramiques et porcelaines 18 et 19 ème s et une collection de faiences de Bordeaux du 18 ème siècles.

Pour les tableaux anciens, une oeuvre majeure de Ludovico CARRACCI, présentée par le cabinet Turquin, devrait remporter tous les suffrages.

Ce précieux cuivre inédit est une reprise autographe par Ludovico Carracci de son grand retable (190 x 120 cm), jadis conservé dans la chapelle Gessi de l’église San Bartolomeo di Reno à Bologne (appeléaussi Santa Maria della Pioggia), et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale.
Estimation : 100.000/150.000 euros.

Quelques numéros plus loin, une marine de Ludolf BACKHUYSEN (Emden 1630-Amsterdam 1708) Signé sur le drapeau Ludolph.Backh ( Mise à prix : 80 000/100 000 €).

Au chapitre des tableaux modernes et orientalistes, on notera la présence d’un ensemble de 4 tableaux du peintre Anglo portugais Francis Smith (1881-1961), d’une belle toile de Pierre-Eugène Montezin et d’une importante technique mixte de Jacques Majorelle, à rehauts de poudre métallique, signé et situé « Ouarzazat » en bas à droite.
Estimation : 50.000/60.000 euros.

A retenir également, une magnifique lithographie de Pierre Soulages « Lithographie N°20A en couleurs sur vélin. Epreuve d’artiste annotée et signée en dehors de l’édition à 85 exemplaires. Mourlot imprimeur (Catalogue BNF 66).
Estimation : 8 000/10 000 €.

La vente se poursuivra avec un bel ensemble de gravures par isidore-Stanislas HELMAN (1743-1806) « Batailles et conquêtes de l’empereur de la Chine »13 gravures (sur 24) commémorant les victoires en Asie Centrale de l’empereur Qianlong d’après Castiglione, Damascene, Attiret et Sichelbarth vers 1788.
Estimation : 5 000/7 000 €

A retenir également, un spectaculaire paravent à quatre feuilles en bois laqué et incrustations dans le style SHIBAYAMA Japon, époque Meiji (1868-1912).

Une face à décor en hiramaki-e et takamaki-e or, incrustations de nacre, corne ou corail sur fond de bois, d’enfants jouant du tambour, brandissant un étendard ou jouant devant des palmiers ou un grand vase fleuri, les mains des Tokugawa dans la partie basse, le revers orné d’objets mobiliers, sphère de fleurs et feuilles, panier fleuri, brûle parfum et aiguière, signature en cachet (quelques manques d’incrustations).
Estimation : 4 000/6 000 €

Également à découvrir un ensemble conséquent de mobilier et objets d’art des 17, 18 et 19 ème siècles dont une élégante COMMODE EN ACAJOU FLAMME A INCRUSTATIONS DE LAITON le dessus de marbre blanc à décrochements reposant sur des montants en colonne détachée reposant sur des pieds en toupie, la façade et les côtés à décor de feuillages et fleurs stylisés ; estampillée A. Weisweiler. Attribuée à Bernard Molitor. Fin du XVIIIe siècle.

La vente se poursuivra avec un chapitre consacré aux arts décoratifs de XX ème siècle.

Le lot phare sera incontestablement un rare plat en argent repoussé par Pablo PICASSO (1881-1973) & les Atelier FRANÇOIS (1899-1981) et Pierre (Né en 1947) hugo ORFÈVRES Intitulé « visage de Faune » Référence 1409 de l’atelier d’orfévrerie, d’après le modèle initialement créé en céramique le [28 juin 1955] et à  la suite d’une première épreuve réalisée en argent en [1957], d’une édition initiale vers [1967] et limitée à 20 exemplaires tous numérotés et augmentée de 2 exemplaires d’artiste et de 2 exemplaires d’auteur, notre épreuve numérotée 13/20. Marqué du cachet-signature PICASSO et numéroté13/20, porte les poinçons de Maitre Orfèvre et de garantie ainsi que les numéros 1409 et 2182 au tas au revers, la contremarque visible en façade.
Estimation communiquée par l’expert de la vente : 8 000/10 000 €

Il faudra également suivre l’enchère de ce spectacualire lustre (n° 359 de la vente) de Charles SCHNEIDER (1881-1953) VERRIER ET FERRONNIER D’ART.

Spectaculaire suspension à 4 lumières, la monture en fer forgé décrivant trois arcatures et aux motifs de feuilles de gingko biloba ; les fruits de l’arbre figurés par une multitude de billes de verre marmoréen (rose et jaune) fixées, en leur centre, par des tiges en fer forgé. La lumière diffusée par un grand obus central à renflement et par trois hautes tulipes étirées à la pince évoquant des arums ; ces cache-ampoules réalisés en verre aux colorations intercalaires ocre-jaune et rose. Circa 1920.
Estimation : 8 000/12 000 €

En fin de vente, on retiendra cette sculpture de Alicia PENALBA intitulé « Petite chrysalide »
Sculpture en bronze signée. Cachet de fondeur « Fonderie de Coubertin ».

Rare exemplaire n°1/8
La Fonderie de Coubertin nous indique qu’elle n’a tirée que 3 exemplaires de cette sculpture sur les 8 exemplaires autorisés. Notre exemplaire est percé au revers, ce qui laisse à penser qu’elle a été soclée.
Estimation : 8 000/12 000 €

Quelques oeuvres marquantes de cette vente aux enchères à Bordeaux :

Ludovico CARRACCI (Bologne 1555-1619)
L’Adoration des rois mages. Cuivre.
H.: 36 cm, L.: 26 cm.
Restaurations anciennes.
Provenance : Plusieurs Adoration des mages données à Ludovico ou Annibale Carracci passent en vente au 18e siècle, parfois sans indication précise permettant de les identifier.
Estimation : 100.000/150.000 euros.

Jacques MAJORELLE (1886-1962)
Ouarzazate.
Technique mixte sur panneau d’isorel à rehauts de poudre métallique, signé et situé « Ouarzazat » en bas à droite.
77,5 x 88,5 cm.
Un certificat du Cabinet Marcilhac en date du 9 mars 2021 sera remis à l’acquéreur.
Estimation : 50.000/60.000 euros.

Pierre-Eugène Montezin (1874-1946)
« La rivière »
Huile sur toile, signée en bas vers la gauche. 60 x 73 cm.
Estimation : 5 000/7 000

Francis SMITH (1881-1961)
Paysage, c.1918-1920.
Huile sur toile, signée en bas à droite.
Nous remercions Monsieur Jorge Gonçalves da Costa de nous avoir aimablement confirmé l’authenticité de cette oeuvre.
Estimation : 1500/2000 euros

Isidore-Stanislas Helman (1743-1806)
Batailles et conquêtes de l’empereur de la Chine.
13 gravures (sur 24) commémorant les victoires en Asie Centrale (1755-1759) de l’empereur Qianlong d’après Castiglione, Damascene, Attiret et Sichelbarth vers 1788.
On y joint le double de la gravure n°10.
Dim.: 34 x 48 cm.
Estimation : 5 000/7 000 €

Pablo PICASSO (1881-1973)
& Atelier FRANÇOIS (1899-1981)
et Pierre (Né en 1947) HUGO ORFEVRES
Visage de faune.
Plat rond carré.
Épreuve en argent repoussé.
Marqué du cachet-signature PICASSO et numéroté 13/20, porte les poinçons de Maître Orfèvre et de garantie ainsi que les numéros 1409 et 2182 au tas au revers, la contremarque visible en façade.
Estimation :  8 000/10 000 €

Bordeaux ventes aux enchères – Le 23 janvier 2021

La maison de vente aux enchères Briscadieu Bordeaux en partenariat avec le cabinet d’expertise A.Maréchal présentent la 5ème vente aux enchères de peintures Bordelaises.

Véritable tour de force dans son organisation, cette vente composée de 280 tableaux est l’aboutissement de près d’un an de travail. Cette vacation offrira un large panorama de la peinture Bordelaise de la fin du 18 ème jusqu’aux années 1970. Le clou de la vente sera incontestablement une huile sur panneau de Albert Marquet  » Bassin d’Arcachon, jardin au Pyla », 1935.

Ayant appartenu à l’épouse du peintre, Marcelle Marquet, puis à Katia Granoff, elle est conservée dans la même collection depuis 1948 et n’a donc jamais été présentée en vente publique. Cette oeuvre inédite fait partie d’une suite de tableaux réalisés par Albert Marquet lors de son séjour sur le bassin d’Arcachon, l’été 1935. Ce paysage d’une grande simplicité mais parfaitement organisé évoque incontestablement l’art subtil de l’estampe japonaise.

A noter la présence de deux oeuvres du peintre Bordelais Joseph Lailhaca, artiste rare sur le marché, dont cette belle et énigmatique scène pastorale intitulée « Jeune femme dans un paysage méditerranéen. Également à découvrir un bel ensemble de tableaux de Joseph Lépine, de Raoul DOSQUE et de Louis Marius GUEIT, artistes bien connus des collectionneurs Bordelais.

Quelques oeuvres marquantes de cette vente aux enchères :

Albert MARQUET (1875-1947)
Bassin d’Arcachon, jardin au Pyla, 1935.
Huile sur panneau signée en bas à droite annotée au verso « Jardin Pyla 23 IIC » et datée « 35 ». 33 x 41 cm
Estimation : 50 000/70 000 €

Provenance :

Marcelle Marquet.
Katia Granoff, par échange avec Madame Marquet vers 1948. – Collection particulière France à partir de 1948.
Un courrier de Katia Granoff 13 décembre 1948 authentifiant l’oeuvre sera remis à l’acquéreur.
Cette oeuvre est accompagnée d’une Attestation d’inclusion du Wildenstein Institute et sera incluse dans le Catalogue Raisonné digital de Albert Marquet, actuellement en préparation sous l’égide du Wildenstein Plattner Institute Inc.

Joseph LAILHACA (1876-1920)
Jeune Femme dans un paysage méditerranéen.Huile sur toile.
Dimensions : 65 x 100 cm
Estimation : 2 000/3 000 €

Alfred SMITH (Bordeaux, 1854-1936)
Deux chevaux de trait. Circa 1894-1895
Etude pour la partie droite du tableau : Les Quais de Bordeaux, le matin.
Huile sur sa toile d’origine. 88 x 114 cm.
Au dos, marques des fournisseurs de toiles à peindre : Hardy-Alan à Paris et Grézy à Bordeaux.
Estimation : 4 000/6 000 €

Francois-Maurice ROGANEAU (1883-1973)
La tour à Orio.
Huile sur panneau signée en bas à droite.
Dimensions : 42 x 47 cm.
Estimation : 600/800 €

Pierre-Amédée Marcel BERONNEAU (1869-1937)
Paysage symboliste, 1905.
Huile sur toile signée en bas à droite et datée 1905.
Estimation : 1 500/2 000 €

Jean-Roger SOURGEN (1883-1978)
Maison Landaise sous les pins, près de l’Etang blanc .Huile sur panneau d’isorel, signée en bas à gauche.
Dimensions : 65 x 92 cm.
Estimation : 3 000/5 000 €

Ramiro ARRUE (1892-1971)
 Vue d’Ascain.
Huile sur panneau d’isorel
Signée en bas à gauche et située Ascain au verso. 33 x 46 cm.
Estimation : 3 000/5 000 €

Jean-Paul ALAUX (1876-1955)
Visions japonaises.
Rare ensemble de onze estampes, sur papier japon, bon état de conservation.
Dimensions des feuilles : 44 x 30,5 cm
Estimation : 18 000/22 000 €
Exemplaire n° 3 (incomplet : manque la 5e planche) de l’album Visions japonaises, Paris, Devambez Editeur, 1920.
Présentée sous chemise cartonnée, avec ses pages de titre, justication, préface, table des estampes et achevé d’imprimer, c’est l’un des « dix exemplaires sur papier japon accompagnés d’une aquarelle originale (n° 1 à 10) », sur un tirage de 300 exemplaires.

Bordeaux ventes aux enchères 
Un record mondial Samedi après midi à Bordeaux à l’hôtel des ventes Briscadieu !!!

Le n° 14 de la vente aux enchères qui se déroulait hier après midi à Bordeaux « Nature morte au trophée de gibier, fruits et perroquet sur fond de niche » par Alexandre François Desportes (1661-1743), estimée 150.000/200.000 euros a atteind la somme record de 2.029.500 euros (frais inclus).

Ce tableau totalement inédit, probablement commandé par le régent, a été vendu par la Maison de vente aux enchères Briscadieu Bordeaux en partenariat avec Alexis Maréchal, Expert en tableaux et objets d’art. Dans une salle comble, ce tableau d’exception a suscité une vive bataille d’enchères entre collectionneurs et professionnels du marché de l’art international. La plus haute adjudication pour une œuvre de François Desportes remontait à 1995, pour une paire de tableaux vendue à 695.000 euros, alors que le prix le plus élevé pour une huile de Desportes était jusqu’alors de 396.000 euros.

Expertise – inventaires – Successions – partages 

À domicile sur rendez – vous
T. 05 56 48 01 80

Infos pratiques :

Cabinet d’expertise Alexis Maréchal 
1 rue Ducau  33000 Bordeaux  – T: 06 80 17 85 27